Bienvenue dans l’univers d’une rêveuse, 
D’un monde rouge, noir et blanc,
Monde fou où, alors que la mort prend vie,
La vie sombre dans l’oubli. 


Où le rêve est cauchemar infernal, 
Où l’horreur merveilleuse ouvre le bal,
Et dans la danse, frénétique et muette,
Des personnages parfois simples squelettes, 

Le style et les vers s’échappent du poète,
Qui, devant ce spectacle, ébahi, se tait.